CNT 66

Accueil > Actualités > José Morato

José Morato

In memoriam : José Morato (1929-2022).

vendredi 9 décembre 2022, par cnt66

In memoriam : José Morato (1929-2022).

Montserrat, sa compagne de toute la vie, m’a informé du décès de José, survenu à l’issue d’une longue maladie qui l’a tenu éloigné du monde durant de nombreuses années.

J’ai connu José Morato à Paris en 1973, peu de temps après ma remise en liberté au sortir d’une lourde peine de prison. Dans des circonstances où se réadapter à la vie en société est difficile, José m’a offert l’amitié et le soutien moral dont j’avais tant besoin.

En 1976, un groupe de libertaires, dont José et moi faisions partie, fumes arrêtés (par la police française ndt). L’arrestation se fit au motif de la visite du roi Juan Carlos 1er, à l’invitation du Président Giscard-d’Estaing. La police franquiste avait, en effet, transmis aux autorités françaises, une liste d’exilés considérés comme dangereux, susceptibles d’attenter à la vie du monarque. Une nouvelle fois, les franquistes nous collaient une étiquette de dangerosité et leurs tentacules s’étendaient jusqu’en territoire français.

Un autocar nous conduisit en Bretagne d’où on nous embarqua à destination de Belle-île-en-mer. Nous y fumes détenus pendant toute la durée du séjour du roi Juan Carlos 1er en France.

Je tiens à souligner le profond respect que je porte au militant libertaire qu’était José, ami discret et solidaire, toujours prêt à venir en aide.

En ce moments douloureux, j’adresse mes plus sincères condoléances à sa compagne Montserrat et à ses enfants, Claire et Ariel.

Salud Compañero, repose en paix.
Ton ami, J. Busquets.

BLlibertari 06/12/2022.

https://bllibertari.org/in-memoriam-jose-morato-1929-2022/


MORATO INGLES, José
Article mis en ligne le 24 mars 2011
Dernière modification le 1er novembre 2022
par R.D. ✉

José Morato Inglès était le fils de petits exploitants agricoles de la région de Tarragone venus à la CNT par le biais du coopérativisme.

Passé en France âgé de 8 ans lors de la Retirada, José Morato a milité à partir de la Libération à la Fédération Ibérique des Jeunesses Libertaires. Dans les années 1960 lors des campagnes antifranquistes menées par la FIJL, il fut à plusieurs reprises arrêté et emprisonné, notamment, à Perpignan et fin 1963 (6 mois) à la prison de Santé à Paris avec une vingtaine d’autres militants suite à des manifestations pour protester contre l’exécution en Espagne des compagnons Delgado et Granado .

Dans les années 1970, membre du groupe anarchiste du Pré-Saint-Gervais, il participait avec sa compagne Montsé Turtos et leur fils Ariel militant de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) aux diverses campagnes menées par cette organisation en appui aux anifranquistes (campagne Sergio Ardau, José Ferrandiz, appui aux GARI et au MIL) ainsi qu’à la marche sur l’Espagne. Il était proche à l’époque de la tendance du mouvement libertaire espagnol regroupé autour du journal Frente Libertario. Il accueillit dans cette même période de nombreux jeunes militants venant d’Espagne. Lors de la visite en France du roi Juan Carlos, en France il fut assigné à résidence à Belle Ile avec d’autres militants libertaires et nationalistes basques. Ce n’est qu’en 1977, après la mort de franco, que José Morato retourna pour la première fois en Espagne. Il fut ensuite membre du COJRA puis, à partir des années 1990 participa au développement de la CNTF d’abord en région parisienne puis, après son départ à la retraite, à Perpignan.

José Morato est décédé à Perpignan le 23 octobre 2022.
P.S. :
Sources : Notes D. Dupuy // L’Indépendant, Perpignan, 27 novembre 2000 //
Né à Cabra del Campo (Tarragone) le 24 octobre 1929 - mort le 23 octobre 2022 - FIJL – MLE – COJRA - CNT – CNTF – Le Pré Saint
Gervais (Seine-Saint-Denis) – Perpignan (Pyrénées Orientales)

https://militants-anarchistes.info/spip.php?article7247

http://www.paroleslibres.lautre.net/2022/12/12/jose-morato-1929-2022/

http://www.memoire-libertaire.org/Jose-Morato-1929-2022